Les fraises, ennemies du cancer - Welch's

Les fraises, ennemies du cancer

WiseAdvices

Combattre le cancer en mangeant des fraises? C’est fort possible! Une étude suggère que ces délicieuses baies juteuses réduisent les facteurs de risque de certains cancers et aident ceux qui en sont atteints à les combattre. Voilà de quoi convaincre quiconque de mettre les fraises au menu tous les jours!

Selon une étude préliminaire publiée mercredi, les fraises ont la capacité de prévenir le cancer de l’œsophage. Les chercheurs, dirigés par l’Ohio State University, ont pu montrer que les fraises lyophilisées ont ralenti la croissance des lésions dysplasiques ou précancéreuses sur une trentaine de personnes qui ont consommé le fruit pendant six mois. Le chercheur principal de l’étude, Tong Chen, professeur adjoint à la division d’oncologie de l’Ohio State University, a présenté l’étude à l’Association américaine lors de la réunion annuelle de la recherche sur le Cancer.Les fraises ont le potentiel de prévenir le cancer de l’œsophage, selon une étude préliminaire publiée mercredi. European pressephoto Agency.

Le cancer de l’œsophage est au troisième rang des cancers gastro-intestinaux et la sixième plus fréquente cause de décès par cancer dans le monde, a déclaré le Dr Chen. Environ 16 000 nouveaux cas de cancer de l’œsophage par an sont diagnostiqués aux États-Unis, selon l’American Cancer Society.

Dr Chen et un groupe de chercheurs étudient un carcinome squameux œsophagien, le type dominant de cancer de l’œsophage à l’échelle mondiale. Ils cherchent à savoir si la nourriture ou toute autre substance pourraient prévenir le cancer. Des travaux antérieurs ont montré que les fraises lyophilisées étaient capables d’inhiber significativement le développement de tumeurs chez les rats.

L’équipe de recherche a conçu une petite étude chez l’homme et s’est approché de la Commission de fraises de Californie, qui a accepté de financer l’étude et de mettre à disposition les fraises lyophilisées. La commission est un organisme public financé par l’industrie des fraises.

L’équipe du Dr Chen a recruté 38 personnes en Chine qui avaient une dysplasie légère à modérée dans l’œsophage ; 36 personnes ont terminé l’étude. Les biopsies de l’œsophage ont été prises avant et après l’étude. En moyenne, les patients étaient âgés d’environ 55 ans.

Ils ont été invités à consommer 30 grammes de fraises lyophilisés, dissous dans un verre d’eau deux fois par jour pour un total de 60 grammes par jour pendant six mois. Dr. Chen a dit que la substance lyophilisée est environ 10 fois plus concentrée que la fraise fraîche, mais a suggéré que les personnes pourraient encore bénéficier à manger des fraises entières sur une base quotidienne.

Dans l’ensemble, les résultats ont montré que 29 participants sur 36 ont connu une baisse du grade histologique de la lésion précancéreuse ou un ralentissement de la croissance de la lésion au cours de l’étude. Dr. Chen a dit que des études plus grandes, aléatoires et contrôlées avec placebo sont nécessaires pour confirmer les résultats. Elle a dit que ce n’est pas clair exactement ce qui pourrait être l’agent anticancéreux dans les fraises. Mais elle a noté que les fraises contiennent une variété de vitamines, minéraux et autres substances connues comme composés phytochimiques, que l’on retrouve aussi dans d’autres types de baies.

Lien – Voir plus

Précédent SuivantRetour

* Ces articles ont été créés par des sources externes qui ne sont pas affiliées, ni approuvées, ni contrôlées par Welch’s. Ils sont référencés à titre informatif seulement et Welch’s n’assume aucune responsabilité quant à leur contenu.